Sécurité informatique : tout le monde est concerné…

Il y a quelques années, les problématiques sérieuses de sécurité informatique ne concernaient que les plus grand groupes, même s’il arrive parfois que les particuliers soient ennuyés par des virus sur leur poste personnel. Mais à l’heure du “tout connecté”, il est temps de revoir les enjeux liés à la sécurité informatique, que l’on soit un particulier, une petite ou une grande entreprise. Pour preuve, la toute récente attaque informatique ayant mis hors service pendant plusieurs heures des sites de grande envergure aux Etats Unis et en France, tels que Ebay, Airbnb, Paypal ou le New York Times, et à laquelle les médias font référence comme l’affaire de l’attaque DDoS Dyn. La particularité de cette attaque ? Les hackers avaient levés une armée d’objets connectés “zombies”, autrement dit, des objets ordinaires, connectés à Internet, dont ils avaient pu prendre le contrôle, entre autre, des caméras et des enregistreurs DVR. A l’aide de ces objets, les pirates ont pu lancer une attaque contre un fournisseur de service lié au bon fonctionnement des redirections web,  surchargeant de requêtes le site ciblé, ils ont pu ainsi mettre hors service momentanément une partie de l’Internet…

Si j’enlève mon Adblock… alors tu enlèves ton mouchard !

stop-mouchardsAprès avoir été harcelés à de nombreuses reprises par des publicités plus ou moins opportunes, beaucoup d’internautes se sont résolus à installer un bloqueur de publicités dont certaines rendaient toute navigation impossible sur un site tant que l’on avait pas cliqué sur le lien précis pour révéler à la galaxie notre pseudo sur Facebook ou bien que la cadence d’apparition rendaient la lecture des informations impossibles.

Bien entendu cette pratique soulève un foule de commentaires allant du « les services gratuits que l’on vous offre sur internet sont financés par la publicité » à « si on bloque la publicité le gratuit disparaîtra à terme sur Internet« .
Tout est donc argumenté pour que les usagers d’un bloqueur de publicité soient présentés comme des profiteurs pillant sans vergogne les données que les gentils publicitaires mettent à leur disposition. Evidement, on voit apparaître de plus en plus de banderoles nous incitant, plus ou moins fermement, à arrêter notre blogueur de publicité lors de la visite de certains sites, et parfois de manière peu amène. Bref vous l’avez compris on cherche à vous culpabiliser. Ah ces internautes qui veulent le beurre et l’argent du beurre. N’avez vous pas l’impression que l’on énonce le problème à l’envers ?…

Ya pas que Google dans la vie…

xvm022f16e2-ac1e-11e6-83d1-1a3376f6dc1dLe Figaro tech & web vient de publier un article décrivant la découverte d’un logiciel espion implanté nativement dans des smartphones Androïd. Bien entendu la société à l’origine de cette affaire est Chinoise…
Maintenant on ne dis plus « Votre argent m’intéresse »mais « Votre vie m’intéresse ! »

Sont pas prêts de me voir randonner chez eux (des fois qu’il leur prendrait l’idée de me pirater mes photos de touriste 🙂 )

Une randonnée çà se prépare !

capture-decran-2016-11-16-a-23-21-54Au commencement il y avait…

… l’envie de grands espaces, on salive à la vue d’un documentaire à la télé, vautré sur le canapé du salon. Puis vient le rêve d’un lieu. Enfin jaillit la décision de partir.

Puis…

Se met en marche un processus, pas toujours cohérent, qui consiste à rassembler pêle-mêle les affaires, décider de la date de départ, trouver un moyen de transport, appeler les amis, trouver un hébergement, acheter l’accessoire qui manquait depuis plusieurs années, etc…
Cette fièvre est aussi un des moments suaves de la randonnée car elle participe aux prémices d’autres plaisirs qui iront crescendo. Au milieu de toute cette agitation un éclair de raison apparaît : ai-je la carte ? Et le parcours ? Quel itinéraire allons nous emprunter ? Et hop, la raison revient, on se calme, et on se retrouve devant la carte et les topo-guides pour choisir notre chemin vers notre paradis.

Etes vous sûrs de votre meilleur ami ?

concept-renderingMalgré mon enthousiasme pour les nouvelles technologies, je dois bien reconnaître que la « face sombre » existe bel et bien.
Si comme moi vous utilisez le mode avion sans compter, je suis sûr qu’une petite voix vous susure régulièrement « est tu certain que ton machinphone n’émet pas ?« 

<joke>Dormez bien braves gens l’entreprise au fruit défendu veille sur vos données et même les barbouzes n’y verront que du feu !</joke>

Eh bien quelques concepteurs ne sont pas d’accord avec cette affirmation et ont décidé de s’attaquer au manque de discrétion de nos petites merveilles :
L’ancien analyste de la NSA et le hacker Andrew Huang viennent de présenter un prototype d’outil permettant de couper de manière sûre toute communication d’un téléphone.

A Suivre….

Ca vous dirait une petite balade en drone ?

Ces petits engins, bien que de plus en plus décriés, permettent aussi de bien belles découvertes…

Allez un petit survol sur le territoire de mes randos préférées 😉

Vous pourrez admirer d’autres vidéos de Seb Zero sur : dronestagram

L’enfer des iPhones

Dans les films de science-fiction le héros est parfois mis en grande difficulté et menacé de terminer dans un broyeur pour viande hachée ou dans un congélateur intersidéral, si, si… 😀

Mais immaginez un instant ce qui peut arriver à nos smartphones dès qu’ils on fini de servir.

Pourvu que dans un avenir pas si lointain on ne fasse pas cela au vieux 🙁
En tout cas en voilà certains qui n’ont plus de problèmes de sécurité 😉

Vous me croyez « Geek » et pourtant je ne porte pas de montre connectée

1_montres-brasSortir mon iPhone en randonnée pour regarder la carte avait fini par m’être insupportable. J’en étais à me demander si l’acquisition d’une montre connectée ferait l’affaire. Face au prix de l’objet la réflexion s’imposait : pour à peine quelques dizaines euros en plus, je devenais l’heureux propriétaire d’un super smartphone 4G qui rendrait encore plus sûre ma navigation sur les sentiers pas encore couverts par le WiFi 😀
Sans compter que mon vieux smartphone, devenant obsolète, finirai bien par ne plus accepter les mises à jour de mes applications préférées…

Vous remarquerez cette bizarrerie de l’esprit humain, qui, au fur et à mesure des perfectionnements rendant la vie (moderne) plus facile, en vient progressivement à trouver ces nouvelles commodités de plus en plus insupportables. Le geste simple qui consistait à sortir la carte et la boussole de leur étui et faire le point a été remplacé par une pression sur l’écran tactile. Au bout de quelques temps, ce geste encore plus simple et rapide que le précédent  finit par devenir encore trop contraignant. Pensez donc, il faut sortir le smartphone de sa poche, le retourner dans le bon sens (écran sur le dessus et bouton en bas), appuyer sur ledit bouton et, suprême effort attendre que la carte s’affiche pour s’apercevoir que l’on a pris le mauvais chemin…

Alors, me direz-vous, pourquoi une montre connectée ? Justement, pour aller encore plus vite et avec moins d’efforts ! Progressivement nous sommes passés des gestes simples (et peu coûteux) mais nous semblant désuets à un usage parfois excessif de technologies dont on peut se poser la question de l’utilité réelle. On a oublié les bienfaits de la pose imposée pour faire le point sur le terrain et le petit cours aux béotien pour apprendre à orienter la carte, et puis la pose tant appréciée par les retardataires fatigués. Je ne le vous répèterai jamais assez : emportez une carte papier et une boussole en randonnée vous n’imaginez pas les services que cela peut rendre 😀

Vous êtes un acheteur compulsif et un technophile inconditionnel ? Vous n’acceptez pas mes arguments ? Allez faire un tour ici : Un an avec une montre connectée.

Aux supporters du « Moi ? Je n’ai rien à cacher ! »

PatatesCombien de fois avons nous entendu cette affirmation : « Moi ? Je n’ai rien à cacher ! ». Si cette affirmation péremptoire pouvait s’expliquer du temps de la vraie vie (celle que j’oppose à la vie virtuelle sur Internet), il en est tout autrement depuis la montée en puissance du réseau des réseaux.

Même dans l’éventualité où nos échanges sont chiffrés, nous révélons chaque jour, à notre insu, bien des données que nous ne souhaiterions pas étaler au grand jour si nous avions conscience de leur utilisation.
Et je ne parle même pas des objets connectés…

Voici une petite vidéo : Les métadonnées expliquées en Patates.

(Rajouté le 22 mars 2016)
N’allez pas conclure, trop rapidement, que cet article soit une plaidoirie contre les mesures de cybersécurité qui vont imanquablement nous être imposées, suite aux évènements de ce jour. Ce billet n’est rédigé qu’à titre informatif.

La Réunion, comme si vous y étiez…

Google TrekkerGoogle crée la surprise en proposant à l’internaute de parcourir les chemins de randonnées de l’île de la Réunion avec Street view.

De belles balades dans son fauteuil, sans fatigue et sans dépenser trop 😀
Allez, je vous téléporte sur le sentier de La Roche Ecrite ? Vous pourrez ensuite redescendre vers Camp Mamode, puis Saint-Denis cool.
Cette prouesse est rendue possible grâce au Google Trekker, un sac à dos un peu spécial, lequel contient un G.P.S., 15 caméras, lesquelles enregistrent en permanence les 360° qui entourent le randonneur-porteur.
N’enviez pas ce salarié un peu spécial car il transporte 18 kg sur son dos pour avoir le plaisir de randonner sur les plus beaux sentiers de la planète. Heureusement ses sorties sont limitées à 3 heures, le reste du temps il le passe devant son ordinateur, histoire de soulager ses vertèbres.

C’est ainsi que 255 km de sentiers de randonnée du « ti pays » ont été enregistrés pour le plaisir des yeux. Si, comme moi, vous avez le mal du pays, alors hop un p’tit coup de Google Street et vous voila plongé dans les délices de ces randonnées.
Le mode d’emploi est simple :

  1. Ouvrir Google Maps,
  2. Effectuer une recherche sur l’île de la Réunion, de préférence sur un lieu que vous connaissez,
  3. Glisser le petit bonhomme jaune sur les environs du sentier de randonnée choisi, les sentiers numérisés pour Google Street apparaissent alors avec un tracé en ligne bleue.
  4. Lâchez le petit bonhomme à l’endroit de la rando que vous souhaitez voir.

Le reste de la balade s’effectue comme toute navigation avec Google Street.
A déguster avec une Dodo et une assiette de bouchons. Ben quoi ? La rando çà creuse ! 😀