Le WEB est mort, sa grand-mère aussi !

Ainsi titre Libé. Mary Lee Berners-Lee, pionnière de l’informatique et mère de Tim Berners-Lee, s’est éteinte fin 2017.

Par delà la triste nouvelle, les idées créatrices de cette inventrice sont en train de s’éteindre : au même moment étaient enterrées les promesses d’un Web pensé à l’origine pour être avant tout un «commun».

Mais plutôt que de recopier un article du journal, je préfère vous envoyer sur le site. Ainsi le respect de ses rédacteurs est préservé… ainsi que les droits du journal.

C’est ici : Mary Lee Berners-Lee, pionnière de l’informatique et mère de Tim Berners-Lee, s’est éteinte fin 2017

Et ici aussi : https://www.theguardian.com/technology/2018/jan/23/mary-lee-berners-lee-obituary

En guise de réflexion, prenons garde que l’accès à ces pages reste toujours un droit…

Vos nouveaux compagnons, et pour longtemps…

Je vous ai deja parlé des vulnérabilités qui nous enquiquinent régulièrement et risquent de compromettre nos malheureux ordinateurs et surtout la sécurité de notre patrimoine immatériel qui y est stocké.
Jusqu’à présent ces enquiquinements s’éliminaient en effectuant une mise à jour (plus ou moins tardive) du système d’exploitation ou des logiciels installés dans nos précieuses bécanes.
Énervants mais pas irrémédiables. On se disait que finalement, avec un minimum de prophylaxie, on pouvait passer au travers de tous ces pièges.

C’était sans compter avec le génie que déploient nos fabricants de composants.
Voici que déboulent Spectre et Meltdown. Kékséksa ? me demanderez-vous ?

Tristesse

Hier j’ai perdu un être qui m’était cher, un être exceptionnel.
C’est grâce à lui que j’ai découvert l’île de La Réunion, mon paradis terrestre.
Je suis d’une immense tristesse.

Cependant il n’eut pas aimé que la peine me gagne à l’excès.
Alors, mon frère, permet moi de te dédier ce poème de Leconte de Lisle, toi qui a tant aimé cette terre et qui t’y est pleinement accompli. Puisse un nouveau monde t’offrir autant de voluptés.

Perdu sur la montagne, entre deux parois hautes,
Il est un lieu sauvage, au rêve hospitalier,
Qui, dès le premier jour, n’a connu que peu d’hôtes ;
Le bruit n’y monte pas de la mer sur les côtes,
Ni la rumeur de l’homme : on y peut oublier.

Le volcan la pété… !

Allez, assez de technique, un petit saut pour aller voir un phénomène que l’on ne rencontre pas souvent lors de nos randonnées : une éruption volcanique.

Vous vous doutez bien que ma passion pour l’Océan Indien va vous emmener dans l’île de la Réunion, voir le Piton de la Fournaise 😉

Certes, j’ai un peu de retard à l’allumage (l’éruption a eu lieu en 2016) mais avouez que c’est grandiose et qu’il eut été dommage de se priver de ce plaisir visuel.

Les moins de 50 ans ne peuvent pas connaître…

Lorsque j’ai commencé à apprendre le dépannage des équipements électroniques, les émetteurs étaient équipés de lampes dont la taille était équivalente celle d’une bouteille de bordeaux, les tensions des plaques (les puristes disent les anodes) atteignaient couramment des valeurs supérieures à 1000 volts (çà imposait le respect), les appareils de mesures n’étaient pas encore digitaux, chaque changement de fréquence nécessitait un nouvel étalonnage du cadran, lequel était entièrement mécanique.

De la simple triode jusqu’aux magnétrons en passant par le nuvistor, j’ai parcouru cette odyssée jusqu’à ce que le transistor, puis ensuite les circuits intégrés, viennent remplacer ces composants.

Le site de Claude Paillard (F9OE) retrace l’évolution de ce composant, indispensable pour l’époque, en y détaillant tous les aspects de son fonctionnement.
Enfin, une vidéo montre la fabrication artisanale (enfin, presque) d’une triode.
L’intérêt est autant technique que historique.

N’oublions pas que ces technologies pionnières sont à la base de notre savoir faire en électronique moderne, principalement en radioélectricité.

Un grand musicien…

Une fois n’est pas coutume, je voudrais parler de musique.

C’est avec tristesse que j’ai appris le décès de Fats Domino ces jours derniers. Il me revient à l’esprit toutes ses mélodies qui ont bercé mon adolescence. Combien de couples se sont découverts sur une piste de danse au son du célèbre Blueberry Hill.

Nostalgie quand tu nous tiens…

Allez on va s’en remettre un t’it coup pour chasser la tristesse 😉

Bon sang que c’est bon.

Au-revoir le Fat Man, puisse-tu charmer un autre monde aussi bien que tu l’as fait ici-bas.

 

Découverte d’une vulnérabilité sur le protocole WiFi/WPA2

Comme des millions d’internautes nous utilisons tous le WiFi de notre box. Pour sécuriser cette liaison radio, il est recommandé d’utiliser le protocole WPA2, le plus sûr jusqu’à ce jour.

Des chercheurs ont découvert une vulnérabilité dans ce protocole.Il fallait s’y attendre. A ce jour les utilisateurs de cette protection ne sont pas plus protégés que s’ils utilisaient le WEP, c’est à dire pas du tout !

En attendant des correctifs vous pouvez prendre connaissance du problème sur le site du CERT et mettre en place les mesures conservatoires.

Et surtout n’attendez pas pour effectuer les mises à jour dès qu’elles seront disponibles…
Si elles sont disponibles un jour…

Quand la terre se contracte… le temps aussi

Début 2016, le monde scientifique en émoi annonçait avoir réussi à mesurer les ondes gravitationnelles. Depuis Newton, la science avait le sentiment que le temps n’était pas figé et qu’une heure ne durait pas une heure. Albert Einstein, dans sa théorie de la relativité générale, avait prédit l’existence des ondes gravitationnelles. Mais l’existence même de ce phénomène échappait à toute mesure étant donné l’infime déformation de l’espace-temps et la faible sensibilité des méthodes de mesure de l’époque.

Pourtant en 1933 l’observation de pulsars (PSR B1913+16) permit de disposer d’indices sérieux confirmant l’existence de ce phénomène et par là même la justesse de cette théorie. Enfin en 2015 à l’aide d’interféromètres laser la première mesure des ondes gravitationnelles est réalisée, ouvrant un nouveau champ exploratoire à l’astrophysique.

Vous allez me dire « il est gentil le R’né » mais pour nous autres randonneurs on en a rien à f…..

Il y avait il une vie avant le G.P.S. ?

Suivant les circonstances de la randonnée on entend souvent cette question « comment faisait-on avant le G.P.S. ? ». Parfois posée sur un ton d’agacement pour moquer son interlocuteur qui peine à mettre en marche son e-bidule, parfois posée innocemment par les moins de 20 ans qui n’ont pas connu l’époque de la P60, du guide de la route et de la carte I.G.N.
Ils s’écrieront quand on leur parlera de la boussole « Waahhh ! La loose ! ».
Ya plus d’respect j’vous dis 😀

Bien sûr que la carte et la boussole ont permis à beaucoup d’entre-nous de faire des belles balades ou d’emprunter des itinéraires remarquables. Mais beaucoup ignorent comment les avions et les bateaux s’y prenaient pour se localiser sur le globe terrestre.

Pour les curieux, visitez ces quelques pages et vous verrez que la hi-tech a commencé bien avant nos smartphones 😉
Quelques pages sont disponibles, d’autres sont en cours de rédaction, elles seront progressivement mises en ligne : patience.

Le site randopitons.re se transforme

Déjà signalé dans la page de mes liens, le site randopitons.re vient d’effectuer d’importantes transformations dans son site.

Ses pages offrent de nombreux renseignements fort utiles pour celui qui veut préparer une rando dans l’île de la Réunion. Administré par une équipe dynamique, conçu pour informer aussi bien le « métro » que l’îlien, enrichi par les randonneurs qui se sont inscrits et effectué les parcours, sa consultation est un préalable quasi indispensable pour celui qui veut goûter aux plaisirs de la marche dans ce « ti pays ».

Pensé et réalisé pour les randonneurs avec un souci permanent de l’information utile, le site rassemble 487 fiches descriptives (à ce jour) toutes fort détaillées. Il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux.
Jugez par vous-même :

  • Annonces.
  • Informations météo.
  • Carte interactive pour choisir la fiche de la randonnée.
  • Fiches descriptives détaillées pour chaque randonnée.
  • Description de l’état de chaque sentier.
  • Messagerie entre membres.
  • Fiches descriptives de randonnées en dehors de l’île.
  • Photos des panoramas de l’île.
  • Vues en temps réel des webcams de l’île.
  • Commentaires des membres.
  • Page et profil de chaque membre.
  • Liste d’amis pour garder contact et correspondre.
  • Informations pour qui ne connaît pas l’île de la Réunion.
  • Et plus…

À tester sans attendre, d’autant plus que la période favorable pour un séjour approche 😉  .